Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  56-57 / 148 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 56-57 / 148 Next Page
Page Background

56 |

Netech le Mag

57 |

Netech le Mag

Interview

Christel Le Coq

Interview

Christel

Le Coq

P R O P O S R E C U E I L L I S P A R : A R I A N E P I C O C H E

P H O T O S : O L I V I E R E Z R A T T Y & N I C O L A S O L L I E R

A

moureuse des mots et des nouvelles technologies,

Christel Le Coq est la co-fondatrice de B.Sensory, une

start-up qui explore le nouveau monde de la littérature

érotico-numérique. Entourée d’une équipe mixte et

motivée, elle développe la première application de

lectures coquines connectées. Disponible sur smartphone

ou tablette, celle-ci est reliée via Bluetooth au Little Bird,

un sextoy utilisable en solo ou en duo. Une belle promesse

de vibrations pour les amatrices de prose.

Quelle est l’origine de B.Sensory ?

En 2008, j’ai atterri dans le milieu des start-ups.

C’était une période intéressante car l’iPhone

arrivait sur le marché et l’on commençait à parler

Internet mobile, applications et géolocalisation.

J’ai alors croisé la route d’une jeune startupeuse

qui s’interrogeait sur la création de livres

hybrides mêlant divers médias et technologies.

Dans ce cadre, j’ai publié

Samedi soir, dimanche

matin

, une BD coquine qui racontait l’histoire

de personnes se rencontrant en boîte de nuit et

finissant ensemble. J’y ai inséré des QR codes

qui donnaient accès à des séquences animées,

nous plongeant dans la tête des protagonistes.

J’étais déjà convaincue que c’est dans l’érotisme

que l’on teste d’abord les nouvelles technologies,

avant de les adapter pour le grand public. Et

puis, on était en plein succès de Fifty Shades

of Grey, tout ce que je déteste en termes de

littérature, mais un bestseller qui a quand même

décomplexé des millions de femmes. Certains

reprochaient aussi au virtuel la perte du toucher

et de l’odeur du papier. Je me suis demandé :

que peut-on recréer comme sensations avec le

dématérialisé ? C’est ainsi qu’est né le concept

de lecture numérique sensorielle. Il était évident

pour moi de commencer par la littérature

érotique, parce que c’est elle qui procure le plus

de sensations physiques. Enfin, il me paraissait

fascinant d’imaginer un système permettant de

prendre du plaisir autrement.

En quoi ce système est-il moderne ?

B.Sensory associe le pouvoir érotique des mots à

celui des outils connectés. La première utilisation

repose sur le concept du « lisez, vibrez ». On

télécharge un bouquin sur l’application et l’on

décide de le lire en mode classique ou vibrant.

Dans ce cas, certains passages du texte définis

par l’auteur sont mis en relief : des lettres sont

floutées, dans le désordre ou cachées par un

dessin. Il faut alors souffler sur l’écran, secouer

le smartphone pour remettre les lettres en ordre

ou enlever le motif d’un geste de la main pour

déclencher les vibrations. Mais rien n’est jamais

imposé. La lectrice peut prendre les commandes

à tout moment, pour prolonger les sensations ou

les arrêter.

Pour l’instant, on est sur des formats courts, 15 à

25 minutes de temps de lecture. Il y a également

la dimension des jeux à deux. Je peux inviter

mon partenaire dans l’application afin qu’il me

titille à distance, ou bien il peut m’envoyer des

messages en y ajoutant des vibrations.